Courte analyse sur l’utilisation des e-books chez l’Harmattan

Bonjour,

Voici un court article écrit par Gabriel St-Jean :

« Cet automne, comme le veut la tradition depuis plusieurs années, les Bibliothèques de l’UQAM ont reçu l’offre d’achats d’e-books de l’Harmattan via le BCI. Comme à chaque année, les bibliothèques universitaires québécoises sont invitées à acquérir des ouvrages disponibles en version électronique chez l’Harmattan à travers une vaste gamme.

Première précision : il est important de rappeler ici qu’il s’agit là de l’unique occasion d’acheter des ouvrages électroniques chez Harmattan  :  l’éditeur n’offre pas à la pièce ses titres en version électronique.

Mais revenons au sujet principal de cet article qui porte sur une analyse sommaire de l’utilisation à l’UQAM de cette collection d’ouvrages acquis chez l’Harmattan qui grandit à chaque année.

La question m’a été posée par deux bibliothécaires, ici, à l’UQAM, à savoir si nous avions des statistiques d’utilisation pour les livres électroniques Harmattan. Avant de faire leur sélection de titres, on voulait avoir une idée de l’utilisation passée des documents déjà acquis chez cet éditeur. C’est une question souvent posée : avant de continuer à acheter des livres chez un éditeur, est ce que les achats effectués précédemment chez ce même éditeur ont été utiles et utilisés?

Pour donner suite à cette demande, nous avons obtenu les données d’utilisation de l’Harmattan et nous avons comparé avec les titres activés chez ce fournisseur dans SFX.

Deuxième précision : les statistiques fournies par l’Harmattan sont non-COUNTER, c’est-à-dire qu’elles ne sont pas normalisées et ne respectent pas les normes COUNTER comme d’autres fournisseurs plus importants le font.

Troisième précision : les données d’utilisation fournies par l’Harmattan ne sont constituées que des titres pour lesquels il y a eu de l’activité, et donc, des téléchargements. Le rapport ne contient donc pas les titres qui n’ont eu aucun téléchargement.

Après une rapide compilation, voici les résultats obtenus :

Nombre de titres activés chez Harmattan : 4 174

 

Nombre de téléchargements depuis janvier 2015 : 14 444
Moyenne de téléchargements par titre : 3,5

 

Nombre de titres avec au moins 1 téléchargement : 2 534
Nombre de titres potentiellement à 0 téléchargement (depuis janvier 2015) :  

1 640

 

On constate donc  rapidement que, dans l’ensemble, les ouvrages électroniques que nous avons chez l’Harmattan ont été utiles depuis janvier 2015, récoltant une moyenne de 3,5 téléchargements.

Évidemment, les 1 640 titres potentiels qui n’auraient pas eu de téléchargements durant cette période peuvent inquiéter. Par contre, il est important de rappeler que l’échantillonnage est plutôt court (21 mois et quelques jours), et que parmi les 4 174 titres activés chez l’Harmattan, il y en a plusieurs que nous avons depuis plus de 5 ans : leur « actualité » peut donc être devenue contestable.

Enfin, nous avons porté une attention plus particulière aux documents acquis plus récemment par les bibliothèques chez l’Harmattan via l’offre de l’année dernière.

En 2015-2016, les Bibliothèques de l’UQAM ont acquis 67 titres via l’offre annuelle de l’Harmattan  transmise par le BCI.

Les 67 titres ont cumulé un impressionnant total de 295 téléchargements jusqu’à ce jour (soit une moyenne de 4,4 téléchargements par titre) et seulement 18 d’entre eux (27 %) n’ont encore obtenu aucun téléchargement.

Quatrième précision : l’offre annuelle du BCI pour les ebooks Harmattan s’effectue à l’automne et, généralement, au cours du mois d’octobre. Les titres acquis durant l’offre de l’année dernière (2015-2016) ont donc sans doute été payés et activés uniquement au début de l’hiver (NDLR : activés et catalogués en janvier-février 2016). Les 295 téléchargements ont donc nécessairement été obtenus au cours des 10 derniers mois seulement.

Conclusion :

Ce court échantillonnage nous permet d’avoir un aperçu intéressant de l’utilité de cette collection que nous sommes en train de bâtir pour nos usagers. Je vous invite donc très fortement à considérer l’offre annuelle de l’Harmattan : l’une des rares offres pour des documents électroniques en français, doit-on malheureusement le rappeler.

 

Gabriel St-Jean

Chargé de gestion administrative, Bibliothèques de l’UQAM