Accès aux ressources électroniques : expériences et perceptions de 550 bibliothécaires anglais

ATHENS

Librarians’ experiences and perceptions
of Identity and Access Management

Rendu public en février 2015,
ce sondage a été réalisé auprès de
550 bibliothécaires anglais qui constatent
qu’ils manquent de compétences technologiques
pour accompagner leurs usagers
lorsque ceux-ci veulent accéder à distance
aux ressources des bibliothèques.

  • Although access management is critical to meeting users’ needs and maximising investment in resources (98.3 per cent agreed), a high proportion of respondents feel they are behind the curve in terms of the access management they currently offer users (42.5 per cent agreed or strongly agreed);
  • Demand for off-site access is growing (97.6 per cent agreed), and presenting opportunities to increase usage (86.0 per cent agreed) and to redefine the role of the library; however, demand for off-site access also adds complexities that increase staff workloads and require librarians to have more technical skills and knowledge (80.3 per cent agreed);

Carolle Blais a traduit pour vous le contenu du rapport, il est disponible dans l’intranet du service des bibliothèques (copiez ce lien et collez-le dans votre « Explorateur Windows » :  \\doc.bib.uqam.ca\biblio\intranet\groupes-travail\equipe-pol-dev-coll\DOCUMENTATION\OpenAthens_Rapport_traduction_Carolle.docx ).

Points saillants

  1. Même si la gestion de l’accessibilité est cruciale pour répondre aux besoins des usagers et maximiser les investissements en ressources électroniques (93% sont d’accord), une forte proportion des répondants sentent qu’ils accusent un retard quant à la gestion de l’accès aux ressources qu’ils offrent actuellement aux usagers (42,5%).
  2. L’accès à distance explose (97,6% des répondants sont d’accord) et permet d’augmenter l’utilisation des ressources (86% sont d’accord) et de redéfinir le rôle de la bibliothèque. Cependant, répondre à cette demande croissante implique une complexification du travail et alourdit la tâche du personnel des bibliothèques.  Celui-ci doit avoir plus de connaissances et de compétences technologiques (80,3 % sont d’accord).
  3. La gestion de l’accessibilité est une source de polémique pour 61,8% des répondants, principalement à cause des limites des systèmes informatiques (66,5%) et de la tension entre les bibliothèques – qui souhaitent offrir le meilleur accès possible – et les TI – qui souhaitent gérer les accès dans un environnement sécurisé (57,4%).
  4. 64% des répondants ont une nette préférence pour des solutions qui ne demandent pas de connaissances technologiques. Les répondants ne souhaitent avoir à résoudre les problématiques liées à l’accès en améliorant leurs propres connaissances TI (33,5%) ou celles de leurs usagers (28,5%).
  5. Il y a un manque d’assurance de la part des bibliothécaires en ce qui a trait au vocabulaire et à la terminologie utilisées pour gérer l’accès aux ressources électroniques; par exemple seulement 5,9% des répondants se sentait en mesure d’expliquer ce qu’est un  « SAML » (Security assertion markup language développé par le consortium OASIS).
  6. 66,5% des répondants établissent clairement leur priorité : offrir à leurs usagers une expérience fluide, transparente. Un accès simplifié aux ressources locales et une meilleure granularité dans les statistiques d’utilisation ont aussi été identifiés comme des priorités par un grand nombre de répondants.